• Flavie B / Naturopathe

Préparer l'arrivée du printemps avec la naturopathie

ON PRÉPARE SON CORPS ET SON ORGANISME À L’ARRIVÉE DU PRINTEMPS



Bientôt le printemps !


En naturopathie, comme à chaque début de saison, on adopte une hygiène de vie un peu

différente afin de préparer le corps et l’organisme à ce changement à venir.

Tout est énergie et la nature ainsi que ces habitants se transforme et évoluent au fil des

saisons.


Chez les mammifères, le printemps signe la plus grosse période de reproduction et l’hiver

celle de l’hibernation et du repos.

La nature elle-même s’adapte et évolue au fil des saisons. Certaines plantes meurent ou se

cachent avant l’arrivée de l’hiver afin de continuer leur vie en secret et se préparant pour

l’arrivée du printemps.

En soit, encore une fois, nous sommes la seule espèce qui s’adapte au changement de saison

(non pas par choix mais parce que nous y sommes bien obligés) tant bien que mal.

J’entends là que notre société et la médecine moderne ne nous explique pas comment nous

préparer, comment prévenir les désagréments qui peuvent survenir quand on passe d’une

saison à une autre. En y faisant bien attention, chaque période à son lot de pathologies et

symptômes :


- L’hiver est la période propice aux virus, infections ORL, fatigue et perte de motivation.

- Le printemps et l’arrivée des allergies en tout genre

- L’été avec les symptômes liés à la chaleur, aux insectes, tout genre ou encore au soleil

- L’automne où la nostalgie des beaux jours s’invite et les premiers virus font leur apparition.


Avec la naturopathie et d’autres médecines douces il est possible de prévoir et d’anticiper

ces symptômes, tout simplement en préparant notre corps et notre organisme à ces

changements plus que prévisibles.

Bien entendu, je parle ici d’une grande majorité de personne essentiellement en Occident et

ne fais pas une généralité.

Dans d’autres pays et sur d’autres continents, la relation que porte les habitants avec leur

corps et la façon d’en prendre soin est différente.

L’essentiel étant de prendre confiance et de se reconnecter à soi. Afin de comprendre les

besoins essentiels de notre corps et ainsi mieux savoir ce qui nous convient pour en prendre

soin.


Le fameux printemps !

Qu’on a hâte de le retrouver avec la nature qui recommence doucement à pointer le bout de

son nez après un long sommeil (très productif ceci dit !)

Les jours se rallongent et on a déjà hâte de passer plus de temps dehors avec notre ami le

soleil !


Le printemps est la saison du renouveau pour toute chose. L’hiver est une période

d’introspection, de repos et de cocooning. Le printemps quant à lui sonne une nouvelle vie,

une énergie solaire et de beaux projets.

Seulement voilà, votre corps qui était en off ou en hibernation est tout de même fatigué. Le

froid et la grisaille ont tendance à miner un peu le moral et à impacter sur notre énergie et

notre motivation.

Il va donc falloir l’aider à attaquer cette nouvelle période de vie sereinement.

Un petit coup de pouce afin de prévenir les effets du changement de temps, d’heures et

même d’environnement pour notre organisme.


"Les conseils suivants sont des conseils globaux et ne sont donc pas adaptés au cas par cas

comme la naturopathie le conçoit. Merci donc de vérifier si vous n’avez pas de contre-

indications ou une hygiène de vie qui ne seraient pas assimilable avec ces conseils. Les

bébés, jeunes enfants, femmes enceintes et allaitantes et personnes aux pathologies lourdes

ne doivent pas mettre en pratique les conseils suivants et consulter un thérapeute avant

d’entamer quoi que ce soit "


Pourquoi détoxifier l’organisme avant l’arrivée du printemps ?


Pendant l’hiver, votre corps a fait quelques réserves pour se tenir chaud, votre organisme à

tourner au ralenti afin de préserver les organes principaux, votre système immunitaire à

sûrement dû lutter contre des infections en tout genre et les abus à table sont souvent plus

fréquents (merci aux fêtes de fin d’années)

Notre corps est une machine incroyable capable de s’autogérer seul et bien sûr de se

détoxifier seul également. Cependant, un petit coup de pouce permet de l’aider et allège les

émonctoires qui vont travailler un peu plus pour éliminer ces déchets.

Puisque la naturopathie mise sur la prévention, on commencera d’ailleurs cette cure de

soutien à l’organisme 3 semaines à 1 mois avant le changement de saison (ou bien quand

vous sentez que c’est le bon moment)


Comme pour chaque sollicitation plus intense de nos émonctoires (organes servant à

éliminer les déchets organiques), le corps va le faire ressentir.

Ainsi, il est possible que vous transpiriez un peu plus que d’habitude, que vous fassiez de

l’acné pendant quelques jours ou même ressentiez des démangeaisons cutanées. Le corps

évacue simplement plus intensément les toxines et donc les fais sortir de différentes

manières si les émonctoires sont trop chargés.




L’ALIMENTATION


Votre premier médicament est bien sûr l’alimentation.

On adoptera donc pour accompagner cette cure et ce changement de saison, une

alimentation fraiche, énergique et colorée.

Notre organisme a besoin de beaucoup de nutriments, vitamines, minéraux etc. afin de

conserver son énergie vitale même pendant la cure de détoxination.

Le but étant d’apporter un maximum à l’organisme sans surcharger et donner trop de travail

à notre système digestif.

Je ne développerai pas ici les conseils alimentaires en détails mais vous donne des pistes à

suivre concernant l‘alimentation quotidiennes (on peut se baser sur le régime Seignalet) 

Quand je parle de régime, je ne parle pas de restriction ou de régime que la société tente de

nous vendre afin de perdre du poids à proprement parler. Je parle de régime alimentaire

puisque c’est une hygiène alimentaire qu’il est possible de mettre en place au quotidien.

On partira donc sur une alimentation la plus hypo toxique possible (que vous pouvez

d’ailleurs mettre en place au quotidien) :


- exclusion des laitages animaux (hormis chèvre et brebis de temps en temps)

- exclusion des céréales (sauf riz et sarrasin)

- on évite le plus possible les cuissons excessives (on préfèrera les cuissons vapeurs)

- on cuisine des produits frais et biologiques, crus ou cuits

- on utilise des huiles vierges de première pression à froid (olive, lin.)

- on supprime les sucres raffinés et les produits blancs et industriels (pain blanc, gâteaux

industriels …)

- on pense à boire 1 à ½ d’eau par jour pour aider le corps à fonctionner correctement et

éliminer les déchets organiques (eau du robinet filtré par charbon ou autre ou eau de source

peu minéralisée comme la Mont Roucous)

- on se tourne vers des produits et épices colorés : paprika, menthe verte, chocolat à 70% de

cacao, framboise, poivron)

- on consomme le plus de produits locaux et de saison (pour votre corps et la planète)

- on évite l’ajout de sel et sucre en tout genre (sel gris possible et miel à la place du sucre)

- on évite les excitants le plus possible (alcool, café, thé.)


Bien entendu, ces conseils sont un condensé de conseils généraux. Ils ne

s’appliquent pas, encore une fois, au cas par cas mais sont une trame à suivre pour ceux qui

souhaiteraient adapter leur alimentation.

Si vous souhaitez adopter une hygiène de vie et alimentaire qui vous ressemble, il est

conseiller de consulter un ou une naturopathe qui saura vous guider et vous conseiller une

hygiène de vie adapté pour vous.

On consommera également des produits qui aideront à prévenir les éventuelles allergies

printanières. Je vous conseille le très bon livre de Loïc Ternisien " Naturopathie, le guide

saison par saison " qui traite avec succès et professionnalisme la naturopathie au fil des

saisons.


AIDER À L’ÉLIMINATION DES DECHETS



LE BOULEAU


Depuis quelques années, on entend de plus en plus parler de la sève ou jus de bouleau,

surtout à l’arrivée du printemps.

Le bouleau est un arbre connu, très présent dans nos jardins et d’une résistance incroyable

(d’ailleurs on dit souvent qu’en cas de fortes tempêtes ou catastrophes, le bouleau est le

dernier à tomber et le premier à repousser)

Il apporte protection, stabilité et force.

Les amérindiens s’en servait afin de se protéger des forces malveillantes et pour rentrer en

communication avec l’esprit de la Terre-Mère.

En phytothérapie, c’est un puissant diurétique (il stimule la gestion et l’élimination des

déchets organiques et détoxifie l’organisme), Il est également anti-inflammatoire (parfait

pour lutter contre les rhumatismes) et reminéralisant. Il permet de nettoyer intégralement

l’organisme afin de retrouver une belle vitalité.

La sève de ces arbres remonte justement au printemps, permettant une riche récolte de ce

nectar (sous forme de liquide très clair, visuellement ressemblant à de l’eau)

Nous avons la chance d’avoir un ami bouleau dans notre jardin et donc, nous récoltons

directement sa sève le moment venu.

Cependant, il est également possible d’acheter ce nectar en magasin bio ou en ligne.

Veillez à bien respecter les indications et la posologie du fabriquant ou de la marque.


ATTENTION : il existe une différence entre le jus et la sève de bouleau.

La sève est pure et n’a aucun additif au contraire du jus de bouleau qui sera souvent sous

forme glycériné + un additif comme par exemple, du jus de citron.

La sève de bouleau doit également être achetée pendant la période de récolte et doit être le

plus fraiche possible.


Si vous avez la chance d’avoir la compagnie d’un bouleau chez vous ou chez un particulier,

veillez à bien vous informer sur la méthode à utiliser pour la récolte de la sève, dans le

respect de l’arbre et de ce qu’il vous donne. Comme avec chaque plante, on veille à ne

récolter que ce dont on a besoin et en pleine conscience.

Christophe de Hody du « Chemin de la nature » explique bien cette technique.

Vous pouvez également consommer le bouleau en infusion ou sous forme de jus si la cure de

sève vous semble trop agressive pour vous. L’important, encore une fois, est d’adapté à son

niveau de santé et de vitalité en prenant en compte les éventuelles contre-indications.


Contre-indications cure de sève de bouleau : femme enceintes, allaitantes, jeunes enfants,

personnes allergiques au pollen de bouleau.


ON PREND SOIN DE SON FOIE



LE FOIE

Saviez-vous que le printemps était la période du foie en médecine chinoise ?

Cet organe qu’on oublie un peu facilement et souvent mal aimé, fait un travail magnifique et

considérable au sein de votre corps.

Il permet, entre autres, la transformation et l’élimination des déchets organiques, la

production de la bile et gère un tas d’informations reliés à l’organisme entier.

Si notre foie va mal, un tas de symptômes peuvent apparaître pour nous faire comprendre

que la machine est enrayée (langue chargée, mauvaise haleine, nausées, yeux jaunes…)

Avec la cure de bouleau qui va sur solliciter les émonctoires, le stress qu’engendre les

projets liés à l’arrivée du printemps et un tas d’autres raisons possibles, il est important de

choyer notre foie.


On pourra donc le soutenir, en parallèle de la cure de bouleau, avec du chardon-marie, de

l’artichaut, de la chicorée sauvage ou du radis noir.

Certains laboratoires vendant également des complexes sous formes d’ampoules ou de

gélules.


ATTENTION : Renseignez-vous bien sur les plantes que vous pouvez consommer et veiller à

bien respectez la Posologie du laboratoire.

Chaque plante possède des vertus, des précautions d’emplois et des contre-indications

différentes.


Il y a tant de choses à dire sur notre ami le foie, je vous laisse donc vous documenter et vous

renseigner sur cette organe merveilleux !


APRÈS LA CURE DETOX


On viendra réensemencer et renforcer la flore intestinale à l’aide de probiotiques (possible

aussi de prendre des prés biotiques ou consommer des aliments en contenant pendant

l’hiver) que vous trouverez chez pas mal de distributeurs. Renseignez-vous afin de savoir

quel produit vous convient le mieux et respecter la posologie du laboratoire.



Pourquoi prendre soin de sa flore intestinale et quel rôle joue t’il sur le système

immunitaire ?

Il n’y a encore pas si longtemps que ça, le système digestif et plus précisément les intestins

servaient uniquement à la digestion.

Saviez- vous que vous êtes constamment en symbiose avec des milliards de micro-

organismes ?

De votre naissance jusqu’à votre mort, ces bactéries, parasites etc...logent dans vos

intestins, elles se nourrissent et vivent en harmonie avec vous . Selon les moments de vie de

chacun, leur nombre peut chuter ou bien augmenter. Ces bactéries sont également appelés

Microbiote intestinal , il pèse environ 2kg et est maintenant reconnu comme un organe à

part entière.

On a souvent mis une pathologie, une faiblesse du système immunitaire ou un problème

nerveux ( dépression, fatigue…) sur le compte de nombreux facteurs extérieurs.

Nous savons, grâce en autre aux médecines douces, que notre corps est un tout et

qu’absolument tout ce qui s’y passe est lié.

Une pathologie est souvent la finalité de divers événements et symptômes qui se sont

accumulés sans qu’on n’y fasse vraiment attention.

De nombreuses études ont mis en lien la qualité de notre microbiote avec la qualité de notre

système immunitaire. Celui-là même qui nous protège contre les virus, bactéries, parasites

extérieurs en tout genre et qui nous préserve de nombreuses pathologies physiques et

psychologiques.

Cette flore intestinale est tout d’abord d’abord innée et sa qualité dépendra de l’hygiène de

vie de votre mère pendant la grossesse, de votre enfance ainsi que de l'aspect génétique.

La flore que vous avez ensuite acquise dépend de votre hygiène de vie globale (

alimentation, activité physique, sommeil… )

Notre microbiote peut être affaiblit par bien des moyens ( mauvaise alimentation,

hyperperméabilité intestinale, parasites dont le candida albican, prise de médicaments et

d’antibiotiques, facteurs extérieurs tel que la pollution, le stress oxydatif…) La liste est

longue !

De cette qualité de notre flore intestinale dépend la qualité de notre immunité et donc notre

degré de vitalité.

Prenez donc soin de vos intestins en adoptant une hygiène alimentaire saine et équilibrée,

un activité physique régulière, un sommeil de qualité, réduction du stress et en

complimentant si besoin avec des symbiotiques ( pré et probiotiques).


L’HUMEUR ET LE GESTION DU SYSTÈME NERVEUX


Tout est lié et l’alimentation ainsi que les cures ou compléments que nous faisons jouent

particulièrement sur notre système nerveux et notre humeur.

Le changement de saison également.

L’arrivée du printemps nous met, le plus souvent, en joie ! On a envie de retourner des

heures dehors, de faire plus de sport, de repeindre le vieux meuble qui attend son

rafraichissement depuis l’automne, on a de nouveaux projets qui vont éclorent…

Seulement voilà, l’en vie est là, mais pas forcément la motivation.


Pourquoi ?

En hiver, le corps se met un peu en «  pause » , il se préserve et se concentre sur les

fonctions principales.

On a tendance a un peu moins sortir, les journées trop et le manque de vitamines D ne nous

réchauffent pas le moral ….

La cure de changement de saison et l’élimination des déchets qu’elle entraine fatigue

également l’organisme.


Comment retrouver un peu de motivation ?

En complément de l’alimentation c’est le moment rêver pour s’offrir un soin énergétique.

Que ce soit une séance de réflexologie plantaire, de reiki, un massage énergétique ou autre,

il est important de renforcer et stimuler cette énergie qui s’est endormi pendant une longue

période ( même si clairement je vous conseille de prendre soin de votre énergie tout au long

de l’année )

On peut également pratiquer un sport doux mais énergique comme le yoga, qi qong , la

marche ou la course à pied ou n’importe qu’elle activité en extérieur qui vous parle et vous

motive.

Le corps à besoin d’une activité physique régulière mais surtout de retrouver son entière

mobilité pour reparti de bon pied.

Une cure de magnésium marin ou magnésium à libération prolongée peut également être

bénéfique pour le système nerveux. Renseignez-vous s’il vous est possible de prendre ce

complément et respecter la posologie du laboratoire.

On oublie pas de prendre le soleil dès qu’il pointe le bout de son nez afin de profiter au

maximum de la lumière et la chaleur qu’il peut nous apporter .

Surtout, faites une activité qui vous fais plaisir et vous apporte de la satisfaction .

N’oubliez pas d’éviter la frustration en respectant vos besoins et ne vous obliger pas à

appliquer un programme qui ne vous parle pas ou ne vous convient pas.


POUR LA FIN


Je vais m’arrêter là, le but étant d’écrire un article et non un livre !

J’espère que ces quelques conseils pourront vous aider à vivre cette transition le plus

sereinement possible.

Je rappelle encore une fois que chaque personne est unique. Il est donc important de vérifier

s’il vous est possible ou non d’utiliser tel ou tel plantes ou compléments et s’il n’existe pas

de contre-indications vous concernant.

Une consultation avec un ou une naturopathe est également un plus si vous souhaitez

obtenir un programme adapté à vos besoins et à votre personne.

Je vous souhaite d’accueillir le printemps avec enthousiasme et sérénité en passant le plus de temps possible dans la nature et en appréciant la compagnie de vos proches.

Si l’envie vous vient de laisser un petit commentaire pour me donner votre avis sur cette

article, il serait plus que bienvenu .


Avec bienveillance,

Flavie

  • Icône sociale YouTube
  • Instagram
  • Facebook Social Icône

©2019 par Flavie Bousquet-Naturopathe.